• JOYEUX NOEL 

    Accueil

    Accueil

  • RENAISSANCE

     

    Le soleil, le sable chaud sous ses pieds
    Sentir en soi monter l'instinct de liberté
    De ses entraves, les chevilles libérées
    Gesticulent telles des farfadets
    Que c'est bon de pouvoir respirer
    A pleins poumons cet air iodé
    Que l'on m'a tant vanté
    Et tant de fois refusé
    Vivre au présent, je vous agrée
    Ne dédaignez pas mille voluptés
    Toutes les contraintes abandonnées
    Pour le plaisir ne garder.

              Lenida


    4 commentaires
  •  

    VIEUX METIERS

    Ne dit-on pas que les vieux métiers ont disparu. Mais non, c'est qu'ils ne se
    pratiquent plus comme autrefois. Certains ont été oubliés et d'autres ont retrouvé
     leur place dans notre société moderne.
    On a voulu changer leur nom mais leur travail est resté avec les mêmes bases
    mais plus modernisé.
    L'aubergiste est devenu restaurateur et hôtelier. L'arpenteur est passé géomètre.
    Notre ancien laboureur n'est autre que l'agriculteur que nous appelons désormais
    "technicien de la terre", il a remplacé ses boeufs et ses cheveaux par des
    énormes tracteurs.  Le cocher est devenu taxi. Le métier de Terre Neuvas n'est
    autre que le marin-pêcheur qui va pêcher la morue à Terre neuve !!!
    D'autres ont étendu leur activité pour pouvoir continuer à vivre de leur métier, le
    cordonnier confectionne des sacs, des ceintures et autres objets en cuir et la
    dentellière aux doigts de fée ne se contente plus de confectionner des coiffes et
    des mentilles mais essaie de  tirer son épingle du jeu en confectionnant de
    superbes créations artisanales et artistiques qui n'ont rien à voir avec le prêt-à-
    porter.

    VIEUX METIERS


    Rendons hommage à tous ces métiers qui ont bercé notre enfance et qui pour
    certains existent encore dans certaines régions grâce à la volonté et au savoir-
    faire qui leur a été transmis  ainsi qu'aux méthodes ancestrales qui se perpétuent
    tisserand, scieur de long, berger, charbonnier, sabotier, souffleur de verre,
    vannier, ramonneur, crieur de rue, écrivain public et bien d'autres....
    Il y a un métier perdu que nous ne regretterons pas : bourreau !!!  Il s'est éteint
    en même temps que la guillotine !!!

    VIEUX METIERS

     


    29 commentaires
  •  

    VIEILLIR  A  DEUX

    Quand deux coeurs en s'aimant ont doucement vieilli

    Oh  ! quel bonheur profond, intime, recueilli !

    Amour ! hymen d'en haut ! O pur bien des âmes !

    Il garde ses rayons même en perdant ses flammes.

    Ces deux coeurs qu'il a pris jadis n'en font plus qu'un

    Il fait des souvenirs de leur passé commun,

    L'impossibilité de vivre l'un sans l'autre

    Chérie, n'est-ce pas ? cette vie est la nôtre !

    Il a la paix du soir avec l'éclat du jour

    Et devient l'amitié tout en restant l'amour.

                                                                                        Victor  HUGO


    9 commentaires
  •  

    Je viens de lire une bonne nouvelle pour les accros au chocolat, toutefois à consommer avec modération, il aurait des effets bénéfiques et inattendus sur notre organisme, c'est ce que révèlent de nombreuses études à ce sujet, par des chercheurs britanniques.

    Si vous avez une toux sèche et persistante mangez un carré de chocolat. Le cacao qu'il renferme contient de la théobromine dont les effets antitussifs sont 33 % plus efficaces que les sirops à base de codéine que nous utilisons habituellement. La théobromine bloquerait l'activité du nerf vague, responsable du réflexe de la toux.

    Pour un maximum d'efficacité il est préférable de manger du chocolat noir à forte teneur en cacao.

    Pris en quantité tout à fait raisonable le chocolat ne provoque pas d'effets indésirables, comme la somnolence, qui accompagne souvent la prise de sirops antitussifs et en plus vous n'agrandissez pas le goufre de la sécurité sociale !!!!

    A méditer !!!


    22 commentaires
  • CONCESSION

     

     

    Ce n'est qu'à force de volonté,
    De persuasion et de témérité,
    Que l'on avance sur cette route
    Cahotique, semée de doutes.

    Désillusion et rêve, espoir et déception
    Oser le "moi"  de la contradiction
    Jusqu'à en rire pour ne pas pleurer
    Se faire mal  pour mieux se protéger.

    Enfin accepter, non sans concession
    Pas cette différence, mais faire abnégation
    D'une partie de soi, sans oublier l'être aimé
    Un juste équilibre pour une vie chahutée.

    Il en a fallu des jours et des nuits
    Pour que résolution fut prise
    De ne point faire tourmente ni dualisme
    Des douleurs de la chair et de l'esprit.

                       LENIDA


    10 commentaires
  • REVE  D'AMOUR

     

     

    Lorsque viennent les ténèbres,

    Lorsque je sombre dans la nuit,

    Lorsque le rêve m'envahit,

    C'est toi qui me protège.

     

    Je me laisse envelopper de brume

    J'entre dans un monde étrange,

    Celui de l'irréel des soirs de lune

    Où l'on ne perçoit que des fragrances.

     

    Le songe est si subtil

    Qu'il oblige tous mes sens

    A dégager des parfums tactiles

    Pour réveiller en toi ton silence.

     

    Mes caresses se font plus pressantes

    Alors dans ton demi-sommeil

    Tu étires tes chairs frissonnantes

    Pour mettre mon émoi en éveil.

     

    Dans un  élan magique

    Ton corps se serre contre le mien

    Pour qu'en cet instant magique

    Nous ne formions plus qu'un.

     

            Lénida


    10 commentaires
  •  

     

    J’accuse le vent d’ignobles destructions
    J’accuse la pluie  de perfides inondations
    J’accuse  ensemble ces deux éléments
    D’acculer  la population impunément.

    J’accuse les hommes de Pouvoir
    Ceux bien calés du haut de leur perchoir
    De regarder  les magnats  de  la décision
    Ruiner le reste de la population.

    J’accuse l’insupportable intolérance
    La pitoyable intransigeance
    Au nom de qui, au nom de quoi
    Quiconque peut imposer sa loi.

    J’accuse ces décideurs infâmes
    Prêts à tout, même l’irréparable
    Tous dépourvus d’humanité
    Qui par la guerre font tuer.

    J’accuse tous ceux qui dans leurs coeurs
    N’ont que sécheresse et rancoeur
    Tous ceux  dont le vocabulaire acéré
    Ont banni le si joli mot : LIBERTE

                                                                 LENIDA

     

     


    44 commentaires
  •  

        
    HAIKU  (poème japonais
        Si les manches de ma robe,
         Teintes à l’ encre noire
        Etaient plus larges, j’ y abriterais
        Le peuple de ce monde flottant
        Où tout est à l’ envers.


                                                            RYOKAN (poète japonais)

     

    HAIKU  (poème japonais


    26 commentaires
  • L'HISTOIRE  D'UN  ROI

     
     
    Le  palais d'Het-Iten à Akhet-Aton est la demeure d'Akhenaton et de Néfertiti. Et vers l'an 1354 avant J.C. un enfant que l'on a voué à une destinée prodigieuse va être marié alors qu'il n'a que neuf ans. Ce petit prince va monter sur le trône et être roi sous le nom de Neb-Khépéron-Rê.
     
    Le temple de Karnac est prêt pour la cérémonie. Ce grand jour après avoir suivi le jeûne rituel et les purifications, ce prince se rend tête et pieds  nus, revêtu d'un pagne sur les lieux de la célébration. Il reçoit le baptême purificateur et ressort de la "maison du roi" paré de la couronne bleue.
     
    Il est présenté à son peuple celui de Thèbes et monte sur un char pour convier la foule en liesse à fêter l'évènement.

      

    Le jeune pharaon égyptien de la 18ème dynastie va règner et  se laisser influencer par les ministres et les prêtres de son entourage et profitant de sa jeunesse ils vont prendre le pouvoir.

     

    Mais hélas le règne du jeune roi ne durera que 10 ans. Le candide pharaon va mourir mystérieusement à l'âge de 19 ans. Toute la vallée du Nil est en deuil. Cette mort subite a surpris le royaume et on prépare le tombeau du roi et pendant 70 jours on organise ses funérailles.

      

    Les embaumeurs sont chargés de momifier et de parer le pharaon, ses doigts sont protégés d'étuis d'or, ses pieds sont chaussés de sandales d'or. A ses côtés on dépose une dague à la poignée d'or et une autre de cristal. Autour de son corps on place une ceinture d'or et autour de ses bras des bracelets en or et en pierres précieuses. Son cou est orné de colliers en or et en lapis-lazuli, sa tête est ceinte de la couronne royale bleue et enfin on recouvre son visage du masque d'or à son effigie.

     

    Après quatre jours de funérailles la momie du roi va être déposée au temple dans la Vallée des Rois, dans trois sarcophages de bois doré et sculpté. Les chambres funéraires ont été peintes et décorées, garnies de mobilier et d'objets précieux, d'offrandes, de vaisselles, d'armes, d'aliments et de boissons pour qu'il puisse continuer au-delà son existence habituelle.

     

    Des millénaires ont passé. Un jour de novembre 1922, un archéologue va découvrir le tombeau et mettre au jour le masque d'or du jeune roi surpris dans la mort.

     

    Il s'appelait TOUTANKHAMON.


    16 commentaires
  • LA  FABLE  DU  CONTRIBUABLE

     

    Le jeune contribuable ayant dépensé tout l'été se trouva fort dépourvu quand septembre fut venu, pas un seul petit pascal ni même économie sur compte compte postal...

    Il alla crier malheur chez le percepteur, son débiteur, lui priant de lui accorder quelque délai pour payer, juste le temps de se renflouer....

    - Je vous paierai, lui dit-il tout honteux, avant la St Martial, majoration et capital.

    Le percepteur n'est pas prêteur, c'est là son moindre défaut.

    - Que faisiez vous au temps chaud ? dit-il à son débiteur.

    - Nuit et jour, à tout venant je dépensais ne vous déplaise !!!

    - Vous dépensiez ? j'en suis fort aise... et bien ... payez et mensualisez vous maintenant.

    LA  FABLE  DU  CONTRIBUABLE

     

     

     


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique